Bien choisir son gestionnaire de fortune

This content is only available in French

Bien choisir son gestionnaire de fortune

Chronique d’Albert Gallegos, Directeur Wealth solutions, BCGE – parue dans Bilan – avril 2024

Que ce soit pour optimiser son épargne de prévoyance ou ses investissements, voici cinq éléments à prendre en considération avant de confier son argent à un gestionnaire de fortune.
Dans la quête de la prospérité financière, confier son argent à un gestionnaire de fortune est une démarche cruciale, qui vise, non seulement à préserver son capital, mais également à le faire fructifier.

Une approche philosophique pourrait s’inspirer de la prudence d’Aristote, où le juste milieu entre la prise de risque excessive et l’extrême prudence devient la clé d’une gestion saine. Considérons cinq principes essentiels pour bien choisir son gestionnaire de fortune.

Le gestionnaire a-t-il des convictions clairement affirmées ? Le choix d’un gestionnaire ne doit pas dépendre uniquement de ses performances passées, mais reposer aussi sur ses convictions, sa philosophie d’investissement. Celle-ci est-elle en accord avec les valeurs et les objectifs fixés par le client ? La gestion doit s’articuler autour de vraies convictions comme, l’architecture ouverte, la discipline dans l’analyse, l’objectivité dans le choix des produits, la prépondérance de l’économie réelle, etc.

Identifier les tendances

Quel est son processus de sélection des placements ? Il convient de rechercher une approche rigoureuse et méthodique combinant analyse fondamentale, technique et éventuellement quantitative. Un bon gestionnaire devrait être capable d’expliquer pourquoi il choisit certains investissements plutôt que d’autres, en se basant sur des critères clairs et mesurables. Une attention particulière devrait être accordée à l’indépendance dans le choix et à l’aspect des coûts.

Prend-il en compte dans ces thématiques d’investissement les tendances de long terme ? Celles-ci façonnent l’économie mondiale : la transition énergétique, le vieillissement de la population, etc. Un gestionnaire visionnaire saura identifier ces tendances et ajuster le portefeuille en conséquence tout en respectant la tolérance au risque de son client. L’investissement thématique peut offrir une exposition aux secteurs en croissance, augmentant potentiellement les rendements. Mais le gestionnaire mise-t-il sur une action, un secteur, une région spécifique ? Se focalise-t-il sur des opportunités qui pourraient profiter des tendances et évoluer positivement ?

Stratégie claire

Quelle place accorde-t-il à la gestion des risques ? Le gestionnaire devrait avoir une stratégie claire pour protéger le capital des fluctuations des marchés. Celle-ci peut inclure la diversification du portefeuille, l’utilisation de produits de couverture et une attention particulière aux signaux indiquant un retournement de marché. L’objectif est de minimiser les pertes potentielles sans pour autant sacrifier les opportunités de gain.

Communique-t-il avec transparence ? Le client devrait avoir un accès complet et compréhensible à l’information concernant les frais de gestion, la stratégie d’investissement et les performances du portefeuille. Un bon gestionnaire sera toujours disposé à discuter des décisions d’investissement et à justifier les choix effectués.

Confier ses avoirs est une démarche qui peut avoir de grandes conséquences. Alors avant de franchir le pas, mieux vaut se poser les bonnes questions.