Comment amortir la dette hypothécaire ?

Forte de ses années d’expérience dans un domaine qui exige par nature une compétence de pointe, la BCGE est un acteur régional majeur de l’octroi de financements immobiliers. Elle opère pour des biens situés en Suisse, ainsi qu’en France, avec indépendance et rapidité, dans l’esprit de sa doctrine de financement de l’immobilier.

Le prêt hypothécaire BCGE est intégré dans un conseil global prenant en considération l’impact sur le patrimoine, la fiscalité et la prévoyance. Dans cette approche, la question de l’amortissement de la dette, ou du remboursement du capital, est centrale. La réponse dépend de la situation personnelle de l’emprunteur et de ses objectifs.

En règle générale, le prêt hypothécaire peut s’élever jusqu’à 80% de la valeur de gage du bien immobilier. Il est composé d’un 1er rang de 66.6% et d’un 2e rang de 13.4% de la valeur de gage. Ce dernier doit être amorti dans un délai maximum de 15 ans dès l’octroi du financement.

Il est possible d’amortir la dette de manière directe. Dans ce cas, elle diminuera régulièrement au fil des années, ainsi que la charge d’intérêts, toute chose étant égale par ailleurs. Néanmoins, la diminution des intérêts passifs et de la dette hypothécaire réduit le montant déductible fiscalement aux conditions actuelles.

En optant pour l’amortissement indirect, les versements sont crédités sur une prestation de 3e pilier A, au lieu d’être portés en diminution de l’emprunt hypothécaire. Le capital de prévoyance est reversé, au plus tard, au moment de la retraite et l’hypothèque, remboursée à hauteur de ce montant.


« L’amortissement indirect permet aux propriétaires de cotiser au 3e pilier et de réaliser ainsi des économies d’impôts. »
 

Avantages de l’amortissement indirect

  • Double déduction fiscale : d’une part, avec la dette hypothécaire stable et d’autre part, avec les versements dans le 3e pilier.
  • Le capital versé sur le 3e pilier n’entre pas dans la fortune imposable.
  • Possibilité de dynamiser les versements avec le Plan épargne fonds de prévoyance de la BCGE.

 

La décision réfléchie d’un amortissement direct ou indirect dépend de nombreux facteurs : la situation financière, l’âge, le type d’hypothèque, le besoin de liquidités, le lieu et l’usage du bien (résidence principale ou secondaire), etc. Il est donc essentiel de se faire accompagner par un expert afin de déterminer une stratégie optimale pour aujourd’hui et pour demain.